Patte droite ou patte gauche ?

Au Japon, les modèles faisant signe de la patte droite sont traditionnellement censés apporter de l'argent et de la chance et ceux faisant signe de la patte gauche sont censés apporter des personnes ou des clients.

Quelle couleur ?

Le modèle original est le modèle tricolore (blanc avec des tâches) qui représente le bobtail japonais dans sa couleur la plus courante.
Il existe aussi d'autres versions comme le maneki neko noir dont la fonction est de repousser les mauvais esprits et la malchance et le doré censé apporté richesse à son propriétaire.
Aussi les modèles traditionnels portent habituellement un collier équipé d'un grelot ainsi qu'un koban (une pièce en or de la période Edo). L'inscription sur la pièce de monnaie signifie dix millions de ryos (une autre monnaie utilisée à l'époque).

Origines

Il existe de nombreuses légendes décrivant l'origine de ces chats porte bonheur. Selon certaines sources elles seraient originaires de la région d'Osaka alors que d'autres semblent plutôt pencher pour Edo (aujourd'hui Tokyo). De nos jours une bonne partie des modèles en céramique proviennent de Seto ou de Tokoname.

L'histoire la plus connue est celle d'une vieille femme sans argent qui par désespoir fut contrainte de vendre son chat. Peu de temps après, un soir, elle fit un rêve dans lequel son ancien compagnon apparu et lui demanda de fabriquer une statue de lui. Troublée par cette apparition elle s'exécuta et fabriqua une représentation de son chat en argile. Rapidement quelqu'un se présenta et lui proposa de lui acheter sa statue. Elle en fabriqua donc de nouveau et le succès fut immédiat si bien qu'elle devenu rapidement très riche.

Une autre histoire décrit comment un empereur évita un piège tendu par ses adversaires grâce à un chat lui faisant signe de la patte. Attiré par l'attitude étonnante de l'animal, il dévia de sa route initiale et fut sauvé d'une mort certaine. Il s'agit d'une des versions censées expliquer le geste si particulier de ces porte-bonheurs.

Fabrication

Fabrication Maneki-Neko Les statues sont d'abord mises en forme à l'aide de moules puis séchées pendant une ou plusieurs semaines en fonction des conditions (température, humidité...) et de la taille des objets.
Le processus de séchage est naturel.
Elles sont ensuite placées dans un grand four dans lequel la céramique va durcir et prendre son aspect final. Généralement le four démarre seulement une fois plein. Les Maneki Neko sont ensuite polis puis peints à la main.
Les modèles dorés subissent une deuxième cuisson qui stabilise la couleur. En raison de ce deuxième passage au four ils sont légèrement plus petits que les autres.
Copyright © 2014 Tokyo Smart, décoration japonaise et artisanat du Japon - Propulsé par Prestashop